S'identifier - Contact



 
EnregistrerEnregistrerEnregistrer

Les Vignerons Indépendants mobilisés et actifs face à la crise

Action syndicale

Sitôt la rentrée arrivée et les vendanges terminées, la confédération a repris les rendez-vous politiques afin de porter nos messages, à l’aube des discussions sur le Projet de Loi de Finances 2021 et du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2021 dans un contexte économique très tendu.
 
 « Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas », l’expression habille ce contexte particulier, qui continue de rendre nébuleuses les perspectives 2020-2021 pour l’économie viticole.
Les rendez-vous politiques ont donc été pris afin de porter nos messages.
Vendredi 18 septembre et mardi 22 septembre, le président Jean-Marie Fabre et le directeur général Jean-Jacques Jarjanette ont été reçus par le cabinet de Bruno le Maire, ministre de l’Economie, par le cabinet de Franck Riester, ministre en charge du Commerce extérieur et par le cabinet d’Alain Griset, ministre chargé des PME.
 
Ces trois rendez-vous ont permis de rappeler le poids économique des Vignerons Indépendants, ainsi que le poids de la filière, en termes de chiffres d’affaires, d’emplois (non délocalisables) et d’export.

Il a également été rappelé la feuille de route que nous avons présentée dès le 19 mars 2020 aux pouvoirs publics et aux parlementaires, qui anticipait déjà l’impact de la crise sur le secteur, les mesures obtenues, et celles qui n’ont pas reçu satisfaction.
Par conséquent, l’impérieuse nécessité d’accompagner les entreprises Vignerons Indépendants dans le cadre des négociations à venir et au-delà a été défendue, au risque sinon d’une grande casse économique, sociale et culturelle.
 
En effet, sur le plan règlementaire, le calendrier se resserre : Finalisation du dispositif d’aide au stockage privé, Projet de loi de finances 2021, Projet de loi de financement de la sécurité sociale 2021 … 
Pour le PLF et le PLFSS 2021, les Vignerons Indépendants seront vigilants aux promesses annoncées par le Gouvernement dans le cadre du plan de relance, concernant le prolongement du TODE jusqu’en 2022 et la mise en place du crédit d’impôt HVE.
Nous continuerons à porter notre proposition sur la baisse des impôts de production pour la viticulture et nous saurons rappeler notre fer de lance concernant la réduction des cotisations de charges sociales et patronales pour 2021.
 
Lors des rendez-vous politiques, il a aussi été question de la situation économique actuelle.
La filière est touchée par différentes problématiques, à prendre en compte dans le cadre des débats à venir.
Le conflit Airbus/Boeing avec les taxes sur les vins français qui dure depuis un an, la crise sanitaire avec de multiples conséquences directes, fiscales et sociales sur les entreprises Vignerons Indépendants assorties de conséquences connexes sur les entreprises Vignerons Indépendants : La fin de la saison touristique dans les vignobles, la fermeture des Cafés, Hôtels, Restaurants, la fermeture des salons grand public et des salons professionnels, la fermeture des frontières et de fait, l’absence de touristes étrangers.
De plus, les négociations interminables sur le Brexit et le retard des négociations européennes sur la PAC sont tout autant de préoccupations qui s’ajoutent à la fragilité des exploitations, puisque les décisions à prendre se multiplient et paradoxalement leur mise en place est ralentie.
 
Cela nous conduit à agir toujours plus.

Les Vignerons Indépendants seront reçus par les parlementaires viticoles dès cette semaine afin d’avoir voix au chapitre au cours des débats, pour défendre et obtenir les dispositifs nécessaires à la bonne conduite voire à la viabilité économique des entreprises viticoles.

Elise le 06.10.20 à 08:54 dans Actualités de la filière - Version imprimable
-


Enregistrer
Enregistrer

Recherche


Archive : tous les articles

Archives par mois

Liens utiles

















EnregistrerEnregistrerEnregistrer


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.